Inspirée de la pratique du Hatha Yoga et de l’hypnose, la relaxation prend ses racines à la fois en Orient et en Occident.

yoga modif

Du Yoga, elle tire son principe de base, ancestral dans la pensée orientale, que mental et physique sont indissociables. Que toute émotion vécue a une répercussion sur le tonus musculaire, et inversement. Et qu’un travail de concentration sur le corps, les sensations et la respiration induit une détente musculaire qui apaise également l’esprit.

Mais la première méthode de relaxation, le training autogène de Schultz, découle directement des méthodes d’hypnose de la fin du XIXème siècle. hypnoseCréée en Allemagne au tout début du XXème siècle, cette technique d’auto-hypnose consiste en un relâchement auto-suggéré du tonus musculaire. La répétition de phrases évoquant, par exemple, la lourdeur ou la chaleur de certaines parties du corps, induit un lâcher prise à la fois mental et physique.

Une seconde méthode de relaxation apparaît dans les années trente : la relaxation progressive de Jacobson. Si le but recherché est toujours le même, la technique, elle, se veut plus éducative. Elle consiste à apprendre au patient à mieux identifier, à force de répétition, les sensations de contraction et de relâchement. Ayant acquis une meilleure perception corporelle, la personne peut ensuite se débarrasser des tensions résiduelles, aussi bien au repos qu’en mouvement.

 

Au fil du temps, chaque courant de pensée de la psychologie a développé ses propres méthodes de relaxation. Certaines sont d’orientation psychanalytique, d’autre comportementaliste, d’autres encore sont adaptés aux enfants… Mais toutes ont pour origine l’une ou l’autre de ces premières techniques. Parfois les deux.