Chaque couple est unique, et chaque grossesse, une aventure nouvelle. Il est donc impossible de prévoir à l’avance le déroulement précis d’un suivi. Chaque couple parental défini ses propres attentes et connaît une évolution qui lui est propre. Les séances s’adaptent de manière individualisée aux désirs de chacun et aux besoins du moment.

Le déroulement donné ici est un exemple théorique.

Les premières séances permettent d’appréhender la relaxation elle-même et au fil des semaines, la maman va s’approprier cet état. Le papa ou le partenaire, s’il souhaite participer, peut-être lui-même placé une fois dans le rôle de receveur, pour avoir l’expérience du ressenti de la relaxation. Et il sera vite amené à participer activement aux séances.

Dans un deuxième temps, le travail peut s’orienter plus vers le bébé et permettre aux 2 futurs parents de créer un contact plus concret avec lui. En parallèle, s’ils le souhaitent, les pères peuvent progressivement apprendre à guider eux-mêmes leur partenaire dans la relaxation. Et surtout il apprendra de nombreuses manoeuvres de shiatsu pour soulager la maman des désagréments de la grossesse.

Les dernières séances sont généralement consacrées à la gestion de la douleur en vue de l’accouchement. Elles s’appuient à la fois sur des techniques spécifiques de relaxation et sur des manœuvres de shiatsu.

Les séances de shiatsu, pratiquées en individuel, sont réparties durant la grossesse et adaptées aux besoins du moment. Bien plus qu’un simple massage de détente, le shiatsu aide le corps de la maman à s’adapter tout au long de la grossesse et soulage bien des maux. La dernière séance du suivi pré-natal est généralement consacrée au shiatsu pour faciliter l’accouchement.

Le suivi post-natal est volontairement moins défini. Là encore il peut allier la relaxation et le shiatsu. Il s’adapte aux besoins de la jeune accouchée et dépend de ce qu’elle-même souhaite mettre en place pour retrouver son équilibre, tant physique que psychique, après l’accouchement.